Le « State Hacking » et les caméras LAPI remportent les Big Brother Awards 2017

Le « State Hacking » remporte le prix du Jury et les caméras LAPI remportent le prix du public aux Big Brother Awards 2017

L’édition 2017 des Big Brother Awards, organisée par la Liga voor Mensenrechten (LVM), a désigné ses lauréats : le prix du jury a été remis au « State Hacking », cette tendance de plus en plus lourde des Etats européens à développer et utiliser un malware pour espionner leurs citoyens. Ce malware est installé sur les appareils du suspect, téléphone, tablette ou ordinateur, afin d’accéder à la totalité des messages, photos, vidéos ou autre donnée personnelle. En clair, elle a légalisé la forme la plus intrusive d’espionnage par le gouvernement.

Comme l’explique l’association EDRI (European Digital Rights) dans la note d’intention sur son candidat au prix, l’utilisation des failles informatiques pour introduire des malwares afin de réduire la cyber-criminalité est, paradoxalement, un créateur d’insécurité supplémentaire en rendant ” nos données personnelles plus vulnérables à toutes les attaques.”

Le prix du public a quant à lui été remis aux caméras LAPI (Lecture automatique de plaques minéralogiques) nominé par la plateforme DataPanik. « Sous couvert de cette lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la circulation », expliquent-ils dans leur note d’intention, ” une toile d’araignée de haute technologie est en train d’être tissée, offrant des possibilités sans précédent de suivre chaque citoyen individuellement. Il ne s’agit notamment pas seulement de notre sécurité: beaucoup d’autres données sont recueillies. Au travers de surveillance en temps réel et de profilage, un contrôle total de nos déplacements est imminent. (…) Tout se passe comme si cela est la chose la plus naturelle au monde, sans débat public significatif et avec une législation qui est traditionnellement à la traîne.”

La Ligue des droits Humains avait, quant à elle, proposé de remettre à la loi du 25 décembre 2016 sur les méthodes particulières de recherche. Cette loi modifie le cadre légal applicable et innove en insérant de nouvelles techniques d’enquête et de collectes de données par la police. Cette loi a sans aucun doute le mérite de clarifier le cadre légal et d’offrir des outils utiles aux forces de police dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Mais elle pose néanmoins questions : d’une part, en matière de respect de la vie privée. Elle remet en cause le régime traditionnel des garanties de proportionnalité des procédures du Code d’instruction criminelle. D’autre part, en matière de séparation des pouvoirs : la nouvelle loi accentue le glissement des compétences du juge d’instruction – garant d’un contrôle indépendant à charge et à décharge – vers le Parquet (qui ne dispose pas de telles garanties d’indépendance.

Plus d’infos sur le programme des BBA 2017 et les autres nominés : www.bigbrotherawards.be/fr

13 octobre 2017