Prix Régine Orfinger-Karlin

Tous les deux ans depuis 1996, la LDH récompense une personne ou une association œuvrant à la protection et à l’aide des groupes vulnérables qui s’est distinguée en mettant en évidence la nécessité de la résistance aux atteintes aux droits humains. La LDH s’engage à doter le ou la lauréat·e d’un montant de 1.500 euros pour une action ou un projet réalisé pendant les deux années qui précèdent.

Née dans les années 1910, Régine Orfinger-Karlin fut la deuxième femme inscrite au barreau d’Anvers. Rayée du barreau avant la guerre parce qu’elle était juive, elle entra dans la résistance après la dénonciation qui conduisit à l’exécution de son mari. Après la guerre, elle participera à la refondation de la Ligue belge des droits de l’Homme.

C’est à cette figure emblématique de la résistance, militante féministe et antiraciste, que la LDH a choisi de rendre hommage en récompensant d’un prix à son nom une personne ou une association qui s’est distinguée par son action militante en faveur de la promotion des droits humains.
En savoir plus sur Régine Orfinger-Karlin

Brussels Boxing Academy (2016)

La LDH a récompensé la Brussels Boxing Academy, à l’occasion de l’édition 2016 du Prix Régine Orfinger-Karlin qui s’est déroulée à la Bibliothèque Solvay, le 10 décembre 2016, journée internationale des droits de l’Homme.
Une cérémonie qui a rassemblé plus d’une centaine de personnes, parmi lesquelles les associations nominées et des représentants de la famille Orfinger-Karlin.
Retour en images sur le lauréat, les nominés… et une belle journée consacrée à celles et ceux qui luttent, chacun à leur manière, pour le respect des droits humains en Belgique.
Lire la suite…

Collectif « Les Morts de la Rue » (2014)

La Ligue des droits de l’Homme a récompensé l’action du collectif « Les Morts de la Rue » en décernant à son réseau bruxellois le Prix Régine Orfinger-Karlin à l’occasion d’une cérémonie qui s’est tenue le vendredi  10 décembre au Palais de Justice de Bruxelles en présence de Françoise Tulkens, ancienne vice-Présidente de la Cour européenne des droits de l’Homme.
Lire la suite…

asbl Intact (2012)

La Ligue des droits de l’Homme a souhaité récompenser l’asbl Intact pour le soutien juridique qu’elle apporte aux femmes victimes de violences « traditionnelles » et en particulier les mutilations génitales.
Lire la suite…

Les catacombes (2010)

Le Prix Régine Orfinger-Karlin 2010, récompensant une association œuvrant à la protection et à l’aide des groupes vulnérables
a été attribué, le 10 décembre 2010, à l’association « Les catacombes ».

Quartier-midi (2008)

La Ligue des droits de l’Homme a pris connaissance du combat mené par le Quartier midi, à l’occasion d’une décision rendue par le juge de paix de Saint-Gilles en mai 2007. Dans un arrêt particulièrement interpellant, celui-ci se référait à la violation par la Région bruxelloise de toute une série de droits fondamentaux du plaignant – un propriétaire exproprié
Lire la suite… 

Bob le Précaire (2006)

Bob le Précaire, par son action, met en lumière le fait que l’isolement des travailleur·se·s et l’absence de contacts et d’échanges d’informations entre les employé·e·s déséquilibre le rapport de force avec l’employeur·se et, conséquemment, favorisent la création d’emplois précaires, rendant difficilement envisageable la construction de projets de vie voire, plus dramatiquement encore, l’accès à un quotidien tout simplement décent.
Pour plus d’infos, consultez le dossier de presse du prix Régine Orfinger-Karlin 2006

Vent Sauvage (2004)

Edition spéciale du Prix Orfinger-Karlin (voir le dossier de presse consacré à Bob le précaire) : remise d’un prix de 2500 euros doté par la Fédération Wallonie-Bruxelles à l’association « Vent Sauvage » pour son projet de lutte contre les violences à l’égard des femmes.

Denis Artiges et Marc Schaus (2002)

En 2002, le prix a récompensé un projet de film documentaire sur la réinsertion des personnes sortant de prison.

Action Birmanie (2000)

L’édition 2000 a récompensé le collectif Action Birmanie (des étudiant·e·s de l’UCL qui militent contre les activités de Total Fina en Birmanie).

Collectif contre les expulsions & l’Autre lieu (1998)

En 1998, le prix fut attribué conjointement au Collectif contre les expulsions ainsi qu’à une communauté peule parrainée par l’asbl « l’Autre lieu », maison d’accueil pour personnes atteintes de troubles de santé mentale.

Nabela Benaïssa (1996)

Lors de la première édition en 1996, un groupe d’avocat·e·s présenta la candidature de Nabela Benaissa qui remporta le prix.