Des institutions politiques représentatives ?

6 mars 2018 – 17:00 > 18h30
Rencontre-Débat
PointCulture ULB Ixelles
Le vote est-il devenu le seul et unique moment où les citoyen.nes peuvent concrètement influencer le politique ?

2018 sera l’année des élections communales et provinciales. En 2019 les élections européennes, fédérales, communautaires et régionales.
Mais le vote est-il devenu l’alpha et l’oméga de notre démocratie représentative, le seul et unique moment où les citoyen.nes peuvent concrètement influencer le politique ?
La politique serait-elle trop sérieuse et complexe pour que de simples citoyen.nes s’impliquent activement à la fabrication de l’action publique ?
Pour ce faire, il faudrait que d’autres dispositifs de démocratie participative ambitieux et efficaces existent, permettant un rééquilibrage entre citoyen.nes et élu.es .

Et à cet égard, le mécanisme de tirage au sort de représentants de la population (sénateurs et sénatrices tiré.es au sort) assure-t-il réellement la diversité de la population, en tenant compte des inégalités, des rapports de domination ou encore du désintérêt d’une partie de la population pour la politique?

Nous tenterons de répondre ensemble à ces questions en présence de représentant·es académiques et citoyens. Débat en partenariat avec la Ligue des Droits de l’Homme et ULB Coopération
Intervenants :

Olivier Hauglustaine, membre de l’Initiative populaire : « Rendre possible la démocratie délibérative par tirage au sort aux élections communales belges de 2024 »
John Pitseys, Centre de recherche et d’information socio-politiques – CRISP
Pierre-Étienne Vandamme, Chaire Hoover d’éthique économique et sociale – UCL

Modératrice : Audrey Villance, ULB-Coopération

 

Organisé dans le cadre de la campagne annuelle « Donnons de la voix ! Nos valeurs communes » de la LDH et en collaboration avec PointCulture ULB, ULB-Coopération et Radio Campus