Politique des poursuites ou poursuites politiques ? L’exemple du trafic des êtres humains

Colloque
Vendredi 29 mars – 9h > 17h
Université Saint-Louis (Auditoire OM106) – rue de l’Ommegang, 1000 Bruxelles

L’actualité montre une augmentation exponentielle des poursuites de migrant·e·s accusé·e·s d’être des trafiquant·e·s d’êtres humains. L’infraction est aussi utilisée pour criminaliser la solidarité envers les migrant·e·s tant en Belgique qu’en France et en Italie, parmi d’autres pays européens.

Où et comment ces poursuites sont-elles décidées ? Que nous disent les lois belges et européennes ? Qu’en est-il de la place réelle des victimes de ces infractions ? Et enfin quelles sont les différentes pistes pour questionner le bien-fondé de ces poursuites devant les tribunaux ? Ce sont les questions auxquelles cette journée d’étude tentera de répondre.

Pour ce faire, nous accueillerons des spécialistes belges de la question, issus du monde académique et de la pratique judiciaire. Par ailleurs, nous aurons le plaisir d’accueillir des praticiens et témoins de France et d’Italie pour nous éclairer sur la situation dans ces pays.

La participation au colloque donne droit à 6 points de formation permanente OVB et OBFG.

Le colloque est organisé par Progress Lawyers Network et le Grepec avec le soutien de Solidarity is not a crime, La solidarité n’est pas un crime, la Ligue des Droits Humains, de Liga voor Mensenrechten, le Réseau Interdisciplinarité et Société (RIS), PAC, la CSC et la FGTB.

Infos et inscriptionsProgrammeFacebook