*
*
Opérations illégales de la police colombienne dans l'UE: suites judiciaires et politiques Imprimer
Lundi, 19 Mars 2012 00:00

16 mars 2012 - En octobre 2010, deux personnes physiques et des ONG se sont constituées partie civile auprès de la justice belge afin d’obtenir qu’une enquête soit effectuée contre les pratiques d’espionnage illégales exécutées en Belgique à leur encontre par les services secrets colombiens. Une action judiciaire similaire est en cours en Espagne

 

La justice belge a mis cette enquête en œuvre et, avec beaucoup de sérieux et d’investissement, a diligenté de nombreux devoirs.

En particulier, le juge belge a adressé aux autorités colombiennes une commission  rogatoire internationale afin de pouvoir se rendre en Colombie et d’enquêter sur place. Il est en effet indispensable, de manière à permettre la manifestation de la vérité, que le juge et les enquêteurs belges puissent examiner les dossiers en Colombie.

Cette demande, qui date du mois de mai 2011, n’a encore pu faire l’objet d’aucune exécution concrète ! En effet, à l’heure actuelle, les autorités colombiennes n’ont toujours pas répondu à cette demande et dans ces conditions il est impossible, pour la justice belge, de poursuivre son travail.

C’est extrêmement inquiétant. Qu’est-ce que les autorités colombiennes veulent encore cacher aujourd’hui?

Ce pays, qui souhaite conclure des accords de coopération économique, doit impérativement montrer sa bonne volonté en autorisant sans délais les intervenants belges à se rendre en Colombie pour faire toute la lumière sur ce dossier.

Ce n’est qu’à cette condition que la Colombie montrera qu’elle n’est plus prête aujourd’hui à accréditer la moindre violation des droits humains dans son pays et qu’elle peut examiner avec sérénité les exactions qui ont pu être commises en acceptant d’enquêter sur celles-ci.

Les victimes demandent ainsi aux autorités colombiennes de prendre leurs responsabilités en autorisant le juge d’instruction et les enquêteurs à se rendre en Colombie et en coopérant activement et intégralement à l’enquête.

 Fédération International des Droits de l'Homme (FIDH), la Ligue des droits de l'Homme Belgique francophone, CNCD-11.11.11, Oxfam-Soldarité, Broederlijk Delen, la CIFCA,  l’Officina Internacional de Derechos humanos – Accjón Colombia (OIDHac) et le Comité pour le respect des droits humains "Daniel Gillard"

 

Pour plus d’information / Background information

 

Rapport: REPORT BY ISABELLE DURANT, VICE-PRESIDENT OF EUROPEAN PARLIAMENT VISIT TO BOGOTA AT INVITATION OF INTERNATIONAL FEDERATION FOR HUMAN RIGHTS

 

Rapport FIDH: The intelligence activities of the State -DAS- serving criminal interests and political persecution

 

EN/Isabelle Durant, Belgian MEP and Vice-President of the European Parliament presented the results of her visit to Colombia at a press conference in Brussels at the FIDH http://www.youtube.com/watch?v=yYWKfPbMpmY

Communiqué de presse : http://www.liguedh.be/2010/1028-espionnage-des-services-secrets-colombiens-en-belgique-les-victimes-deposent-plainte .

Liens vers les plaidoiries de Luis Guillermo Pérez et Sandra Gamboa lors de l'audience du 16 juin 2011 dans la procédure contre et en présence d'Uribe Vélez: http://www.youtube.com/watch?v=X7MgUlP70Xc
http://www.youtube.com/watch?v=6RdWEZmxZW0

 

 

 

Partager sur:

 
moteur de recherche
illustration: la Ligue des droits de l'Homme agit