AGENDA

(Re)découvez quelques archives des activités organisées à l'occasion de "Et voilà le travail!", en septembre 2012, par la Ligue des droits de l'Homme.

Téléchargez le dossier publié dans La Chronique sur le thème "Travail et Citoyenneté"

Cliquez sur l'illustration


Et pour vous, c'est quoi le travail?

Les 5 et 6 septembre 2012, la Ligue des droits de l'Homme a organisé une opération proposant aux passants de Saint-Gilles et de Molenbeek d'exprimer, de vive voix ou par écrit, leurs commentaires, ressenti ou réflexions sur la manière dont ils envisagent le travail.

Leurs réponses ont été attachées sur du fil à linge à l'attention des autres passants.

Vous pouvez découvrir en vidéo quelques réflexions rédigées par les participants.

D'autres réponses ainsi que des photos de l'activité sont visibles en cliquant sur l'onglet "Pour vous, c'est quoi le travail?"  ci-dessous (mise en ligne de nouvelles réponses: 03/10/12)

{youtubejw}2c6nYhabn_M{/youtubejw}

 


Pour vous, c'est quoi le travail? - cliquez sur cet onglet

Le travail c'est vivre dignement, ne pas être exclu de la société. En contre partie il peut être aussi destructeur. notre époque nous amène à oublier notre humanité envers un collègue ou un collaborateur pour une raison  qui m'échappe. S'oublier dans la peur de représailles et bien d'autres raisons encore.
Travail vient de torture est ce que notre inconscient garde l'étymologie du mot et que pour gagner sa vie il va falloir souffrir? Les textes religieux sont dépositaires de toutes ces souffrances.
Dans la conjoncture actuelle nous sommes tous confronté à la douleur qu'engendre le travail.
En ce qui me concerne je fais le métier que j'ai choisi c'est à notre époque un luxe, Il n'est pas beaucoup rémunéré mais il me permet de vivre honnêtement.
Malgré cela je suis face à certaines réalités qui me renvoie à certaines pratiques plus que douteuses.
Si nous ne voulons pas pointer au chômage, nous devenons spectateur ou acteur d'actes, de paroles, de questions qui vont engendrer certains disfonctionnement de la personnalité et provoquer des maladies irréversibles.
A par cette colère rentrée pas de dignité sans le travail, mais il ne faut pas la perdre en travaillant.
Dominique, ?
le travail c'est vivre dignement, ne pas être exclu de la société. En contre partie il peut être aussi destructeur. notre époque nous amène à oublier notre humanité envers un collègue ou un collaborateur pour une raison  qui m'échappe. S'oublier dans la peur de représailles et bien d'autres raisons encore.Travail vient de torture est ce que notre inconscient garde l'étymologie du mot et que pour gagner sa vie il va falloir souffrir? Les textes religieux sont dépositaires de toutes ces souffrances.Dans la conjoncture actuelle nous sommes tous confronté à la douleur qu'engendre le travail.En ce qui me concerne je fais le métier que j'ai choisi c'est à notre époque un luxe, Il n'est pas beaucoup rémunéré mais il me permet de vivre honnêtement.Malgré cela je suis face à certaines réalités qui me renvoie à certaines pratiques plus que douteuses.Si nous ne voulons pas pointer au chômage, nous devenons spectateur ou acteur d'actes, de paroles, de questions qui vont engendrer certains disfonctionnement de la personnalité et provoquer des maladies irréversibles.A par cette colère rentrée pas de dignité sans le travail, mais il ne faut pas la perdre en travaillant.MerciSalutations respectueusesDominique

 

"Une valeur qui m’a été enseignée comme fondamentale"

"Un mensonge, car on m’a toujours dit qu’il faut travailler pour réussir : l’expérience m’apprend que, si ça l’a peut-être été à une époque, ce n’est plus le cas"

"Un lieu de la vie, dans lequel il faut se préserver pour ne pas se brûler les ailes"

"Un monde étrange, où dans beaucoup d’endroits, il faut être compétent, mais pas trop… ou au contraire, avoir de l’expérience, sans qu’aucun ne vous laisse l’occasion de la faire !"

"Une machine à broyer, où l’individu passe par la case pertes et profits…"

"Le moteur antique d’une société négligente qui a oublié de l’entretenir"

 Aurore, 33 ans

 

«Le travail c'est l'épanouissement personnel, la participation au monde, le service à la  société, des efforts de persevérance...des sacrifices aussi : on ne sait pas tout faire...de ce qu'on aimerait  faire»

Anne, 87 ans

 

«Travailler c'est faire quelque chose d'utile, càd: qui permet de satisfaire un besoin ou un désir que la Nature ne produirait pas spontanément ou en quantité suffisante»

Marc

 

Tout le temps
Retiré
Aux
Vicissitudes
Aliénantes de l’
Intelligence et du
Lendemain

Philippe, 30 ans


«Le travail dans l’Administration ; un très mauvais souvenir, plein de souffrances diverses ! »

Ghislaine



« Le travail… c’est une vocation, si tu ne le fais pas par vocation, tu t’emmerdes. »

Luis, 36 ans

 

« Quand tu abordes une fille, si tu as un travail, elle vient boire un verre avec toi. Si tu n’en as pas, …elle a un rendez-vous ! »

Mustafa, 62 ans

 

« C’est le pire et le meilleur… Quand on ne l’a pas choisi, c’est juste pour l’argent. Quand on l’a choisi, il y a les côtés négatifs de ce qui est imposé, qui ne nous plait pas. Et puis il y a tout ce qui est positif : on apprend, on transmet, on est en relation avec les autres, on à l’impression d’exister, ça donne un sens… »

Corine, 46 ans

 

« Le travail c’est des hauts et des bas. Il faut savoir se contenter de ce que l’on a. Le but est de gagner sa vie… »

Antonio, 70 ans

 

« Le travail maintenant c’est une nécessité. Je suis trop qualifiée ! Il n’y a pas de travail pour moi ! Je suis obligé de travaillé comme aide-ménagère… »

Danielle, 33 ans

 

« Le travail c’est… le moyen de mettre en œuvre au mieux ses talents… enfin si nous étions dans un monde idéal… »

Arian, 31 ans

 

« À notre époque, le travail c’est un luxe. »

Ana y Victor, 32 et 29 ans

 

«  Ma fille Soukeyma (19 ans) a remis 10 CV à l’esplanade de Louvain-la-Neuve. Elle n’a eu aucune réponse. Elle ne porte pas le foulard. Ses copines – Charlotte et Julie – ont tout de suite trouvé ! Le travail c’est aussi la discrimination ! »

Rachida, 46 ans

 

 

« Le travail ça fait du bien mentalement. C’est un épanouissement mais maintenant, je suis maman. Ce n’est pas facile. »

Alexandrine, 36 ans

 

« Quand on en a on s’ennuie pas, mais quand on n’en a pas on pète un plomb. On est perdu. Je ne sais pas où mes chaussures vont m’emmener. Il faut au moins une occupation. »

Mohammed, 45 ans

 

 

« Le travail est souvent aliénation, exploitation, participer à la société de consommation… Il peut être source d’épanouissement pour certains. Mais c’est vivre dignement qui devrait être considéré comme LE droit fondamental de la société humaine ! Si non, c’est l’injustice… »

Aldina, 51 ans, éducatrice

 

« Pour développer ta création, une chance pour démontrer que tu peux faire quelque chose qui enrichit la beauté du monde et pour respecter notre passé et laisser un héritage pour nos enfants. »

Helena, 56 ans

 

« Un travailleur, c’est un pion. On le prend, on le jette ! J’ai été dans la même société trente-deux ans et viré. Aujourd’hui encore, je ne sais pas où j’ai été fautif… On vit dans une prison à ciel ouvert ! »

Sukru, 49 ans

 

« J’ai de la chance de travailler dans ce que j’aime et je suis épanouie »

Célia, 23 ans

 

« Je cherche du travail partout,… pas moyen ! C’est dur parce qu’on veut travailler et on ne peut pas. Je sais que c’est à cause de l’âge mais cinquante-deux ans c’est encore jeune ! »

Aïcha, 52 ans

 

« Gagner de l’argent à la sueur de son front avec un travail honnête c’est bien et j’aime travailler ! »

Siham

 

« J’ai une petite fille de 20 ans, diplômée, elle est née ici, elle a été au chômage, elle ne trouve pas de travail et elle a perdu le chômage… Que faire ? Comment s’en sortir ? »

Kurtulmus Nedine, 70 ans

 

« Travailler c’est l’avenir des jeunes, pour avoir une meilleure situation et avoir une famille heureuse après. »

Nancy Diricks, 48 ans

 

« Il faut rester honnête, on travail d’abord pour soi-même, ses rêves, ses aspirations… pas pour un pays ! »

André, 54 ans

 

 

« Le travail et l’emploi c’est différent ! L’emploi… c’est pour gagner de l’argent, le travail… c’est exister ! Et ça coïncide rarement ! »

Colette, 55 ans

 

« Je suis depuis 5 ans ici. J’ai deux enfants, une carte de séjour renouvelable si je travaille. Pour avoir le séjour, il faut trouver du TRAVAIL ! Mais, pour trouver du travail, il faut une carte de séjour !! C’est vraiment un problème. »

Hourria, 37 ans

 

« Ce n’est pas pour nous, c’est pour nos enfants, qui sont belges. On est inquiets ! Ils sont perdus, comment trouver du travail ? »

Mohammed, 60 ans

 

« Je regrette de ne plus travailler… J’ai travaillé pendant plus de quarante ans ! J’ai tout fait… chantier, tram, soudeur, ouvrier,… Mais, maintenant, en mauvaise santé, je n’ai plus la force. Je regrette… »

Ahajbaoui, 72 ans

 

« Le travail c’est trouver une sensation de cohérence là où tu décides de mettre ton énergie. »

Barbara, 40 ans

 

«  L’ouvrier n’a plus de valeur. Tu es toujours sur un siège éjectable. Plus de garantie d’emploi. On est des survivants ! Tout le monde devrait s’arrêter de travailler une journée, à répétition, pour se faire entendre ! »

Omar, 45 ans

 

« Le travail, ça use l’homme. Vous arrivez à 70 ans, vous tombez malade et c’est fini. T’as économisé toute ta vie mais pourquoi ? »

Michel, 53 ans

 

« Le travail, c’est primordial. Je suis artiste et j’adore ma vie. J’estime que le travail ne doit pas être une source de destruction mais d’épanouissement. »

Soil, 50 ans

 

« Le travail c’est la santé, la prospérité, l’économie, du sport. Le travail c’est être quelqu’un, un citoyen digne. »

Momo, 55 ans

 

« Le travail c’est nécessaire pour la santé. Cela permet d’avoir un contact avec les humains plus qu’avec les machines. »

Michel, 56 ans

 

« Le travail que j’ai fait (aide-ménagère), c’est très dur comme métier. On voit de tout, on doit tout supporter et ne rien dire. »

Liliane, 60 ans

 

 

« Le travail devrait être un moyen de gagner sa vie tout en améliorant le monde… mais c’est très rarement le cas. »

Marianne, 65 ans, libérée du travail depuis peu

 

« Le travail c’est…travailler à être heureux dans sa vie. »

Sébastien, 45 ans

 

« C’est pas facile de trouver… De nos jours, on trouve du travail grâce aux pistons. Si t’en as pas, tu peux crever ! On nous demande de l’expérience, mais il faut nous donner la chance de la faire ! Mais il y a toujours espoir… »

Leïla et Miiya, 19 ans toutes les deux

 

«  Je suis né en 1938 et je travaille toujours. Je suis comme les anciens belges, je travaillerai jusqu’à la mort ! Je suis jardinier, je soigne mes fleurs. J’aime ce que je fais. »

X

 

« Le travail, c’est la motivation. On évite de s’affaiblir psychologiquement et physiquement. »

X, 30 ans

 

«  Work is : … money to feed your family

                    … a way to be independent from anyone

                    … safety for your old days

                    … a good example for children

So… work is good ! »

Daniel, 43 ans

 

«  Le travail c’est la dignité humaine. Un homme sans travail, il manque de dignité. »

Mohamed, 68 ans

 

« Le travail c’est… important pour le devenir personnel. »

Mohamed, 43 ans

 

« Le travail c’est un point d’attache dans la vie. Mieux vaut passer huit heures à travailler qu’à ne rien faire ! »

Malika, 38 ans


 

Nous vous invitons également à suivre le parcours et le quotidien des bénévoles de la cafétéria sociale liégeoise Amon nos hôtes et participez à la réflexion !
Pour eux, le travail c’est bien plus qu’un salaire. Et pour vous ?

Rendez vous sur http://www.benevoles.tv pour suivre ce projet original et visionner l'intégralité des reportages qui seront réalisés, jusque fin décembre, sur ce thème.

Y'a du boulot!

Invité de l'émission L'Essentiel (BEL-RTL), Edgar Szoc, administrateur de la Ligue des Droits de l’Homme revient sur cette tendance inquiétante à précariser l’emploi au profit du travail brut.

Avant l’emploi protégeait du travail”, explique-t-il avant de s’étonner d’une situation où il y a de moins en moins d’emplois disponibles et de plus en plus de chômeurs “qu’on culpabilise de ne pas trouver des emplois qui n’existent pas”.

Enregistrement intégral du débat contradictoire "La démocratie et l'entreprise" organisé par la LDH à La Fonderie le 21 septembre 2012 à l'occasion du cycle d'activités "Et voilà le travail! "
Durée: 117 min 

Intervenants: Isabelle Ferreras (Chercheur qualifié FNRS et professeur à Louvain), Sébastien Robeet (Conseiller à la CSC) et John Pitseys (Docteur en philosophie - UCL )

Pour visionner la conférence, cliquer sur l'imageAvertissement: un problème de son rend difficilement compréhensible l'intervention durant environ 2'30''.

En savoir plus sur ce débat - Cliquer ici

L’entreprise est généralement présentée comme une pure organisation économique. Pourtant, l’attente de justice des travailleurs permet d’envisager l’expérience du travail comme une expérience fondamentalement politique. A l’heure où la crise économique se double d’une crise démocratique,  l’évolution de l’économie pourrait  rendre incontournable la question de l’égalité politique dans le travail. Et si on associait les travailleurs au gouvernement de l’entreprise ? Et si la sortie de crise passait par la créativité institutionnelle et l’entrée de la démocratie dans l’entreprise ?
 
A l’occasion de la sortie de son livre « Gouverner le capitalisme ? Pour la bicamérisme économique » aux Presses universitaires de France, Isabelle Ferreras,  traitera de ces questions et mettra en débat sa proposition originale de mise en place d’un « bicaméralisme économique » au niveau de l’entreprise.

Intervenants: Isabelle Ferreras (Chercheur qualifié FNRS et professeur à Louvain), Sébastien Robeet (Conseiller à la CSC) et John Pitseys (Docteur en philosophie - UCL )

Pour une synthèse des propos: télécharger l'interview d'Isabelle Ferreras publiée dans La Chronique "« Les échanges économiques sont avant tout des rapports politiques »

Enregistrement intégral du débat "L'activisme actionnarial" organisé par la LDH à La Fonderie le 21 septembre 2012 à l'occasion du cycle d'activités "Et voilà le travail! " .
Durée: 62 min 

Intervenant: Bernard Bayot, directeur du Réseau Financement Alternatif

Pour visionner la conférence, cliquer sur l'image